height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1905143559690647&ev=PageView&noscript=1" />

Visiter Marrakech en 48 heures, un guide d’initié de la ville rouge

Fondée il y a près de mille ans, Marrakech est l’une des grandes villes du Maghreb. D’une manière ou d’une autre, cette ville pleine à craquer existe au bord du désert du Sahara, ses palais en pisé rose (terre battue) encadrés par le Haut Atlas enneigé. 

Dans ses souks bouillonnants, l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient se mêlent et se confondent, et le passé et le présent sont difficiles à distinguer. 

Où l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient se mêlent et fusionnent

Mais ne vous y trompez pas, Marrakech n’est pas un morceau d’histoire pétrifié. Au lieu de cela, ce centre commercial séculaire est un endroit créatif, où les idées prospèrent et un bourdonnement d’entrepreneuriat charge l’air, d’une énergie enivrante et parfois intimidante. 

Ce n’est pas un endroit où vous pouvez glisser gracieusement. Au lieu de cela, vous vous retrouverez à raconter des blagues avec des charmeurs de serpents, à rêver du dernier tatouage au henné ou à vous faire masser au hammam local.

Ou Manger

Imaginé par Omar Yazidi et Mohammed Sebbagh en collaboration avec l’auteur de livres de cuisine de Casablanca Nargisse Benkabbou, L’Mida (00 212 5244 43662; 78 bis Derb Nkhel Rabha Kdima) est le petit nouveau du bloc Rahba Kedima. 

Et quel bel ajout, avec une terrasse imposante, un intérieur marocain frais et moderne et un fantastique menu fusion créé par Nargisse. 

Il comprend un bourgeois signature, qui reprend les idées traditionnelles derrière Makfoul (un tajine de bœuf, de tomates et d’oignons caramélisés) et les recrée comme un bourgeois sucré et épicé avec de la mayonnaise à l’harissa. Les desserts aussi sont délicieux. Ne manquez pas le monstre cookie.

La terrasse imposante de L’Mida est un bel endroit pour déjeuner

Kamal et Oussama Laftimi , pionniers de la restauration moderne de la Médina, récidivent, cette fois à Guéliz (la Ville Nouvelle), avec le lancement du Kilim (00 212 5244 46999 ; 36 sis Angle Rue de la Liberté et Rue Tarik ben Ziad). 

Il propose l’un des meilleurs menus de brunch de la ville – avec des pancakes moelleux avec de l’amlou, du yaourt aigre et de la compote de prunes – des fenêtres enveloppantes et un intérieur instagrammable mélangeant des meubles modernes sur mesure recouverts de quoi d’autre, du kilim rouge.

Que Faire

Installé dans le magnifique palais de Pacha Glaoui, l’ancien gouverneur de Marrakech, le  Musée des Confluences (Dar el Bacha, Rte Sidi Abdelaziz) vaut le prix d’entrée juste pour admirer l’architecture et les jardins époustouflants. 

Ensuite, lorsque vous soulevez votre mâchoire du sol, vous pouvez parcourir la collection archéologique de American Patty Birch, qui explore l’intersection de différentes cultures. 

De plus, dans le palais se trouve l’extravagant Bacha Coffeehouse, une sorte de Marrakech Café Florian servant plus de 40 bières d’origine unique.

Ou héberger

Enterré au milieu des souks au milieu de l’agitation maximale et du brouhaha se trouve le Riad Numa au design saisissant (00 212 0614 563 683 ; 37 Derb Aarjan). 

Ce pavé véritablement urbain est le fruit des greffes milanaises Mauro et Claudia, qui ont une formation en design et leur sensibilité esthétique se manifeste dans tout, des sols en terrazzo brillant à l’utilisation dramatique mais parcimonieuse de la couleur. L’emplacement est également passionnant, à deux pas de certains des meilleurs magasins et restaurants de Marrakech.

Premier jour, la matinée

Commencez par découvrir l’histoire de la ville aux tombeaux saadiens du XVIe siècle  (rue de La Kasbah) , où le sultan al-Mansour n’a ménagé aucune dépense pour décorer son mausolée avec du marbre de Carrare importé d’Italie et un plafond muqarnas en nid d’abeille doré qui éblouit encore ceux qui le regardent . 

L’entrée des tombes est banalisée et difficile à repérer. Vous le trouverez à l’extrémité sud de la mosquée de la Kasbah, en face du Kasbah Café. Notez que vous devriez arriver quand il s’ouvre pour le voir à son plus paisible.

Passez ensuite au magnifique palais Badi (Ksibat Nhass) d’al-Mansour , aujourd’hui une ruine monumentale avec de vastes bassins réfléchissants et une vue impressionnante sur la ville depuis ses remparts.

 Ne lésinez pas sur votre billet ici car les 10 MAD supplémentaires (80p) pour voir le minbar original de la Koutoubia (chaire de prière) valent chaque centime.

De là, il n’y a qu’un pas vers le magnifique palais Bahia  (avenue Imam El Ghazali), un vaste palais magnifiquement décoré qui appartenait autrefois à l’esclave devenu vizir Abu ‘Bou’ Ahmed. 

Prévoyez suffisamment de temps pour profiter des différents espaces, dont le plus impressionnant est celui de la concubine préférée de Bou Ahmed, Lalla Zineb.

UN APRÈS- MIDI

Déjeuner de salades exotiques et de tartes végétariennes dans le patio ombragé de La Famille  (34 Derb Jdid ; 00 212 524 385 295), avant de prendre la direction du nord-ouest en traversant la place Djemaa el-Fna et de rejoindre la rue Mouassine bordée de quelques souks. boutiques les plus chics. 

Juste après la mosquée emblématique et la fontaine Mouassine, vous pouvez vous glisser dans Le Jardin Secret  (121 rue Mouassine ; 00 212 524 390 040), l’un des jardins les plus grands et les plus importants de la médina, aménagé dans l’enveloppe d’un palais du XIXe siècle. Divisés en deux zones distinctes, les jardins sont un triomphe de la conception islamique.

La première zone recrée fidèlement un jardin «paradis» persan, avec des herbes touffues et des arbres fruitiers traditionnels tels que l’olivier, le grenadier, le figuier et la datte; tandis que le second jardin, plus petit, abrite des plantes exotiques dans une disposition quadruple. 

Tout aussi intéressant est le système d’irrigation élaboré qui sillonne les jardins, faisant partie d’un ancien réseau qui distribuait autrefois l’eau des puits artésiens (alimentés par l’anneau de montagnes autour de Marrakech) dans toute la ville.

Le Jardin Secret, Marrakech
Le Jardin Secret est l’un des jardins les plus grands et les plus importants de la médina, aménagé dans l’enveloppe d’un palais du XIXe siècle

TARD _

Dîner dans la médina est une aventure où que vous choisissiez de manger. Comme un aimant, tout le monde est attiré vers la place Djemaa el-Fna où la fumée s’élève des centaines de barbecues et les conteurs, musiciens gnawas, acrobates et diseurs de bonne aventure attirent les foules de marrakchis pour leur soirée constitutionnelle. Vous pouvez manger ici sur de longues tables à tréteaux, mais quoi qu’il en soit, vous devriez venir pour le spectacle. Emportez une poignée de pièces de monnaie pour pouvoir donner un pourboire aux artistes (quelques dirhams sont appropriés). 

Si vous décidez de manger sur la place, tenez-vous en à votre propre bouteille d’eau et utilisez votre pain au lieu d’ustensiles rincés.

Ensuite, vous pourrez vous rendre à la célèbre Pâtisserie des Princes (32 rue Bab Agnaou) pour des glaces et des douceurs sucrées. 

Pour une expérience culinaire marocaine plus raffinée, recherchez Le Trou au Mur  (39 Derb el Farnatchi ; 00 212 524 384 900), où vous pourrez déguster des plats traditionnels dans une maison traditionnelle magnifiquement rénovée ; ou, pour quelque chose de plus contemporain, rendez-vous au restaurant sur le toit du Riad El Fenn  (2 Derb Moulay Abdullah Ben Hezzian ; 00 212 524 441 210), où Fouad Ajili sert un menu marocain moderne et inventif.  

Riad El Fenn, Marrakech
Le restaurant sur le toit du Riad El Fenn sert un menu marocain moderne et inventif

Jour deux

MATIN _

Lorsque l’icône de la mode Yves St Laurent est arrivé pour la première fois à Marrakech en 1964, il a été submergé par la vivacité de la ville. L’expérience a changé sa façon de voir le monde et il a abandonné son look monochromatique auparavant rigoureux au profit d’une palette outrageusement audacieuse de couleurs fauvistes. 

Il n’est donc pas surprenant que le Jardin Majorelle  (Rue Yves St Laurent ; 00 212 524 313 047), la maison où il vivait avec son associé Pierre Bergé, soit peint d’une teinte intense de bleu outremer. Arrivez tôt pour profiter de l’extraordinaire jardin du désert rempli de cactus géants, de palmiers et de bosquets de bambous.

Ensuite , visitez le musée berbère magnifiquement organisé , qui regorge de la collection personnelle de St Laurent de bijoux et de mode indigènes dont il a puisé une grande partie de son inspiration. 

Restez dans le jardin et dégustez une salade au Café Majorelle ou, s’il y a beaucoup de monde, passez de l’autre côté de la route au 16 Kawa  (00 212 524 310 016) pour une assiette de briouat croquant (pâtisserie farcie aux épinards et au fromage, ou à la viande) et un smoothie.

Jardin Majorelle, Marrakech
La villa du Jardin Majorelle, où Yves St Laurent a vécu, est peinte d’une intense teinte de bleu outremer

APRÈS – MIDI

Continuez à suivre le développement de St Laurent au Musée Yves St Laurent  (00 212 524 298 686) juste à côté. La superbe chorégraphie de Christophe Martin présente les vêtements dans une salle dramatique entièrement noire où les robes se dressent comme des peintures et font écho aux silhouettes et aux embellissements scandaleux des vêtements que vous venez de voir au musée berbère. 

Soudain, vous pouvez voir que les bijoux étonnamment audacieux, les vêtements galbés et les accessoires extravagants font aussi bien aux dîners new-yorkais qu’aux mariages berbères.

Après une telle inspiration, il est logique d’aller faire du shopping à Gueliz, où de jeunes créateurs marocains comme Artsi Ifrach  (96 rue Mohammed el Beqal ; 00 212 524 430 124) attirent désormais l’attention internationale. 

D’autres fabricants à surveiller sont Lalla  (35 Boulevard el Mansour Eddahbi ; 00 212 524 447 223) qui fait une ligne chic de sacs souples, Atika (34 Rue de la Liberté ; 00 524 439 576) pour des chaussures en cuir magnifiquement faites en arc-en-ciel couleurs, et Moor  (Rue des Vieux Marrakchis) pour la déco chic.

Musée Yves St Laurent, Marrakech
Le Musée Yves St Laurent, juste à côté des Jardins Majorelle, cartonne depuis son ouverture

TARD _

Au coucher du soleil, suivez la foule jusqu’à la terrasse du Grand Café de la Poste  (Avenue Imam Malik ; 00 212 524 433 038) pour un verre de rosé sur sa terrasse chic et isolée ou sous les ventilateurs au ralenti dans sa belle intérieur de style bistrot.

Puis poussez vers Chez Mado  (22 rue Moulay Ali; 00 212 524 421 494) pour les huîtres Oualidia et les immenses plateaux de fruits de mer, ou Al Fassia  (55 Boulevard Mohamed Zerktouni; 00 212 524 434 060) pour un festin de style Fès. dans l’un des restaurants marocains les plus respectés de Marrakech. Ensuite, rendez-vous au 68  (68 rue de la Liberté ; 00 212 524 449 742) pour un verre en fin de soirée et une ambiance intellectuelle arty.

Grand Café de la Poste, Marrakech
Au coucher du soleil suivez la foule jusqu’à la terrasse du Grand Café de la Poste pour un verre de rosé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *